Dilemme entre motivations "santé" vs. environnementales lors de l’achat de produits animaux : caractéristiques sociodémographiques et nutritionnelles des consommateurs concernés

BMC Public Health. 2017 17(1):876

Péneau S, Fassier P, Allès B, Kesse-Guyot E, Hercberg S, Méjean C.

Contexte : Les recommandations nutritionnelles en France recommandent une consommation régulière de viande, poisson et produits laitiers alors même que les consommateurs sont de plus en plus préoccupés par l’impact de la production de ces aliments sur l'environnement. Ces apparentes contradictions peuvent conduire à des dilemmes chez le consommateur lors de l'achat de produits alimentaires. L’objectif de cette étude était d’investiguer les profils sociodémographiques des personnes déclarant avoir des dilemmes entre santé et environnement au niveau de leurs motivations d‘achat de viande, de poisson et de produits laitiers, et de comparer la qualité de l’alimentation des individus avec et sans dilemme.

Méthodes : Un total de 22,936 personnes participant à la cohorte NutriNet-Santé ont été inclus dans cette analyse transversale. Les participants ont complété un questionnaire évaluant leurs motivations d’achat pour la viande, le poisson et les produits laitiers, incluant des questions autour des dilemmes potentiels entre santé et environnement. Les dilemmes environnement vs. santé ont été estimés en utilisant des méthodes implicites et explicites. Les données socio-démographiques et de mode de vie ainsi que la consommation alimentaire utilisant des enregistrements de 24 h ont été recueillis. L'association entre les caractéristiques socio-démographiques et de mode de vie et les dilemmes a été évaluée en utilisant des modèles de régression logistique et l’association entre les dilemmes et la consommation de viande, poisson, produits laitiers ainsi qu’avec l'adhésion au score basé sur les recommandations du PNNS (mPNNS-GS) et la qualité nutritionnelle globale, en utilisant une analyse de covariance.

Résultats : Parmi les participants, 13 % étaient partagés entre acheter de la viande pour des raisons de santé et éviter d'en acheter pour des raisons environnementales, 12 % dans le cas du poisson et 5 % dans le cas des produits laitiers. Les participants plus âgés, les femmes et les individus avec de faibles revenus étaient plus susceptibles de déclarer des dilemmes. Les participants déclarant des dilemmes lors de l'achat de la viande et de produits laitiers consommaient moins de ces aliments (P ˂ 0,05 et P ˂ 0,0001, respectivement) et avaient une meilleure qualité nutritionnelle globale (P ˂ 0,0001). De plus, ceux ayant des dilemmes pour la viande spécifiquement ont montré une meilleure adhérence aux recommandations concernant la viande, le poisson et les produits laitiers (P <0,0001).
 

Conclusion : Les individus déclarant des dilemmes concernant les produits animaux avaient des caractéristiques sociodémographiques spécifiques et montraient une qualité nutritionnelle globale plus élevée comparés à ceux sans dilemme. Nos résultats suggèrent qu’avoir des préoccupations environnementales n’est pas en contradiction avec l’adhérence aux recommandations nutritionnelles.