Modes de vie sains combinés et risque de symptômes dépressifs incidents dans la cohorte française NutriNet-Santé

J Affect Disord. 2018 238:554-562

Adjibade M, Lemogne C, Julia C, Hercberg S, Galan P, Assmann KE, Kesse-Guyot E.
 

Contexte : Il a été suggéré que divers indicateurs de mode de vie modifiables tels que l’alimentation, le tabac, l'alcool, la corpulence et l'activité physique sont indépendamment associés à la dépression ; néanmoins, leurs effets combinés sur le risque de dépression ont été moins étudiés. L’objectif de ce travail était de calculer un indice de style de vie sain (Healthy Lifestyle Index ; HLI), tenant compte des 5 indicateurs mentionnés ci-dessus, et d'étudier son association avec le risque de symptômes dépressifs incidents. 

Méthodes : L'échantillon d'étude était composé de 25837 participants de l'étude NutriNetSanté, initialement sans symptômes dépressifs. Le HLI a été calculé en attribuant 1 point à chaque indicateur de style de vie sain : la qualité du régime alimentaire, l'indice de masse corporelle (IMC), l'activité physique modérée ou élevée, le statut tabagique et la consommation d'alcool. Les cas incidents de symptômes dépressifs ont été définis par une Center for Epidemiologic Studies-Depression Scale (CES-D). Les risques relatifs (RR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 % ont été estimés à l'aide de modèles de Cox par intervalle et la proportion de risque attribuable (PAR) a été estimée pour chaque indicateur de style de vie et pour des indicateurs combinés. 

Résultats : Nous avons identifié 2112 cas de symptômes dépressifs incidents sur un suivi moyen de 5 ans. Après ajustement sur les différents facteurs de confusion potentiels, l’augmentation d’1 point d’HLI était associée à une réduction de 10 % (IC à 95 % : 6 %, 13 %) du risque de symptômes dépressifs. La PAR estimée, proportion de symptômes dépressifs dans la population attribuable à la non adhésion aux indicateurs spécifiques de style de vie sain, était de 8 % pour la composante alimentation saine, 5 % pour la composante IMC normal, 5 % pour la non consommation de tabac et 14 % pour la non adhésion à une combinaison d’alimentation saine, de non consommation de tabac et d’IMC normal. 

Limitations : Certains facteurs liés à la fois à la dépression et aux indicateurs du mode de vie, tels que les antécédents familiaux de troubles dépressifs, les évènements stressants de la vie, et les troubles du sommeil, n’ayant pas été pris en compte, un biais de confusion résiduel ne peut être totalement écarté.

Conclusions : Ces résultats suggèrent que la modification des modes de vie, en particulier l'alimentation, l’obésité et la consommation du tabac, pourrait être d’un intérêt majeur pour la prévention des symptômes dépressifs chez les adultes