Corrélations entre fruits, légumes, poisson, vitamines et acides gras estimés par des enregistrements alimentaires non consécutifs sur internet et les biomarqueurs correspondants du statut nutritionnel

J Acad Nutr Diet. 2016 116(3):427-38

Lassale C, Castetbon K, Laporte F, Deschamps V, Vernay M, Camilleri GM, Faure P, Hercberg S, Galan P, Kesse-Guyot E.

Il est d’une importance majeure de mesurer la validité des apports alimentaires auto-déclarés via des outils internet avant de les utiliser à plus grande échelle.

L’objectif de cette étude était de valider les apports auto-déclarés en poisson, fruits et légumes et certains micronutriments estimés par un enregistrement alimentaire auto-déclaré sur internet utilisé dans le cadre de la cohorte prospective NutriNet-Santé par rapport aux concentrations plasmatiques des biomarqueurs suivants : bêta-carotène, vitamine C, acides gras polyinsaturés n-3 (AGPI n-3).

Cent quatre vingt dix huit volontaires adultes (103 hommes et 95 femmes, âge moyen : 50,5 ans) ont été inclus dans le protocole : ils ont complétés 3 enregistrements alimentaires non consécutifs et échantillons sanguins ont été prélevés à 3 semaines d’intervalle. L’étude a été conduite dans la région parisienne (France) entre octobre 2012 et mai 2013. Les apports déclarés en poisson, fruits et légumes et certains micronuriments et les taux plasmatiques en bêta-carotène, vitamine C et AGPI n-3 ont été comparés. Les coefficients de corrélation de Spearman simples ou avec ajustements ont été estimés après dé-atténuation pour la variation intra-individuelle.

Concernant les groupes d’aliments chez les hommes, les corrélations ajustées étaient comprises entre 0,20 pour les légumes et la vitamine C plasmatique et 0,49 pour les fruits et la vitamine C plasmatique ; entre 0,40 pour le poisson et c20:5 n-3 (acide eicosapentaénoïque [EPA]) plasmatique et 0,55 pour le poisson et c22:6 n-3 (acide docosahexaénoïque) plasmatique. Chez les femmes, les corrélations étaient comprises entre 0,13 (non significative) pour les légumes et la vitamine C plasmatique et 0,41 pour les fruits et légumes et le bêta-carotène plasmatique ; entre 0,27 pour le poisson gras et EPA plasmatique et 0,54 pour le poisson et EPA+acide docosahexaénoïque plasmatique. Concernant les micronutriments, les corrélations ajustées étaient comprises entre 0,36 (EPA) et 0,58 (vitamine C) chez les hommes et entre 0,32 (vitamine C) et 0,38 (EPA) chez les femmes.

Ces résultats suggèrent que 3 enregistrements alimentaires non consécutifs sur internet fournissent une estimation correcte des apports réels en fruits, légumes, poisson, bêta-carotène, vitamine C et AGPI n-3. En tenant compte des autres études de validation, cette étude montre une validité satisfaisante de cette méthode d’estimation des apports alimentaires dans de grandes études épidémiologiques et ouvre de nouvelles perspectives en épidémiologie.